Saturday, 6 February 2016

Mudam 10 janvier 2016

Parcourir l'exposition "Eppur si muove" dans les entrailles tamisées du musée d'art moderne Grand-Duc Jean, de Ieoh Ming Pei. Derrière "The Frictionless Sled" de Chris Burden, va et vient d'une pièce de plastic orange, ponctué de soupirs, coulissant sur un rail quasi immatériel, s'ouvre une fenêtre sur la place de l'Europe. Deux absurdités en concurrence: l'accumulation de bâtiments qui ne parvient pas à animer le vide d'une place ou la sobriété exacerbée d'un mouvement inutile.



Puis au détour d'un mur abstrait apparaît, gigantesque la "Fatamorgana, Méta-Harmonie IV" de Jean Tinguely qui au rythme du bon vouloir des visiteurs, écrase l'ambiance feutrée et muséale par sa soudaine mise en marche tonitruante.


Le regard s'évade vers le haut dans l'intervalle où l'exubérance du mouvement grinçant rencontre la maîtrise policée d'une structure architecturale se voulant filigrane.



J'ai malheureusement dû quitter le musée un peu trop tôt pour partager avec les autres urban sketchers ces moments quasi méditatifs. Ce sera pour une autre fois!

PS: Juste pour information, la superbe Vespa dessinée par Béliza est l'œuvre de Damian Ortega "Miracolo Italiano" de 2005.